Burundi : Je t’attaque, tu n’a pas droit de te défendre.

Canada Le 22 décembre 2015
Je commence par condamné les tueries ainsi que les massacres de civils innocents et je profite cette occasion pour présenté mes condoléances aux familles dépouvues (civiles et militaires ).

nkurunziza_7 
Le 12 décembre 2015, le Burundi est attaqué par des bandits qui se sont donnaient l’audace d’attaquer la prison centrale Mpimba ainsi que deux camps militaires
. Il y a eu morts des militaires qui à leur tours ont réussi à vaincre les bandits armées malgré la résistance de ces bandits qui étaient bien armés. Comme ces trois installations ne sont pas loin de résidences de citoyens, il devrait y avoir des victimes civiles. Là aussi, on sait la stratégie de bandits, commettre des crimes puis les imputés aux forces de l’ordre. La question de se posée serait de savoir ce que gagnerait le régime actuel en tuant ses propres citoyens?

Comme en 1998, James Kabarebe avec ses hommes en provenance du Rwanda attaquent Kinshasa, En sa qualité de chef de l’état et commandant suprême des forces armées, Laurent Désiré Kabila donnant l’ordre aux militaires de défendre la patrie. Cet acte, poussa les puissants de ce monde de crié au génocide, sans pour autant faire l’enquête ni condamné les attaquants. Ce comme si Les

Bujumbura matin du 11 déc 2015
Bujumbura matin du 11 déc 2015

congolais n’avaient pas droit de se défendre. Le 12 décembre 2015, les burundais se retrouvent dans la situation ou les victimes (force de l’ordre ) militaires sont attaqués, mais les méchants ne veuillent pas que ces militaires puissent accomplir leure mission qui consiste à protéger le pays. Le message qui est lancé est que, tendent vos coups pour qu’ils soient coupés, mais ne vous défendaient pas, car on va crié “génocide”.

Depuis les massacres de 1972,1993, jusqu’au gouvernement d’union nationale, le mot génocide n’a jamais été prononcé au Burundi . Et c’est dépuis 1996 jusqu’à nos jours que les civils RD congolais: femmes, enfants et vieillards sont égorgés et mutilés chaque jours sans que le monde entier en parle comme génocide et pourtant ces crimes remplissent les critères du génocide. À ma connaissance, l’armée burundaise n’est plus mono ethnique comme à l’époque , personne ne me dira que les militaires de trois ethnies se sont misent d’accord pour massacré une ethnie.

La force dite de maintien de la paix devrait être envoyée au Nigeria où les gens sont massacrés chaque jour dans l’indifférence totale des grands décideurs de ce monde. Un génocide est présentement en cours en RDCongo, où il y a la plus imposante force de l’ONU, pourquoi ne pas intervenir là bas? Ou c’est parce que dans les yeux de ces décideurs, le sang congolais n’a pas de valeur.

En pays indépendant, le Burundi a droit de refuser une force qu’il trouve non nécessaire. Si cette force était nécessaire, elle aurait arrivée en 1993, lors des événements douloureux qui ont endeuillés les burundais. Le problème n’est pas le régime actuel du Burundi sous son excellence Pierre Nkurunziza, mais les deux pays voisins qui cherchent à renversés le gouvernement en place. Il est aussi à signaler que certains burundais agissent sans comprendre les motivations derrière ces pays voisins du Burundi. Que l’expérience de Bizimungu, Twagiramungu, Kanyarengwe et tant d’autres soit une leçon.

Chers burundais, ne permetter pas ces voisins qui ne cachent plus leures ambitions genocidaire et expansionniste. Que ces voisins malins laissent les burundais passer les fêtes de Noël et de nouvel an en PAIX.


UviraOnline: Kennedy Huruma Nashimbi.
            Canada Le 22 décembre 2015.