RDC: SOLDATS ANGOLAIS À LA FRONTIÈRE, RASSURANT PLUTÔT QU’INQUIÉTANT

Certains Congolais ont exprimé des inquiétudes à, la suite de la décision du Gouvernement angolais de déployer des troupes à la frontière avec la RDC. Ce déploiement est intervenu depuis l’arrivée massive de réfugiés congolais fuyant les exactions dans l’espace kasaïen. D’autres sont allés jusqu’à soupçonner que ce déploiement vise une invasion de la RDC pour renverser le pouvoir en place, cela de connivence avec des puissances occidentales, plus précisément les USA, qui, selon cette même version, aurait investi l’Angola comme le gendarme sécuritaire de la région centrale de l’Afrique.

Information prise, il s’avère que le déploiement des soldats angolais à la frontière avec la RDC n’a rien à voir avec les inquiétudes exprimées. Il s’agit, plutôt, de protéger les déplacés congolais (plus de 20.000 personnes enregistrées à Lunda Norte) contre d’éventuelles poursuites des miliciens qui s’attaquent gratuitement aux paisibles citoyens. Ce déploiement se justifie par l’état dans lequel certains Congolais se trouvaient à leur arrivée en territoire angolais. Il y a, en effet, des personnes gravement blessées suite aux attaques des miliciens et qui ont été admises dans des hôpitaux de l’autre côté de la frontière.

 
Lors de son séjour à Luanda la semaine passée, le Ministre congolais des Affaires étrangères, léonard She Okitundu, avait effectué une visite de réconfort auprès de ses compatriotes qui ont fui les exactions au Kasaï. Les téléspectateurs ont suivi des images poignantes de ces personnes victimes de la félonie gratuite de leurs propres compatriotes qui s’en prennent indistinctement, et sans état d’âme, aux jeunes, aux enfants, aux femmes et même aux personnes du troisième âge

Nos sources assurent également que ce déploiement devrait permettre de barrer la route aux autres miliciens pourchassés en RDC et qui tenteraient de trouver refuge en Angola d’où ils pourraient se réorganiser pour reprendre leurs opérations en territoire congolais.

A ce sujet, l’on rappelle que la semaine dernière, Kinshasa avait abrité une réunion des services de sécurité des pays de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Les participants avaient, à cette occasion, convenu de ne pas abriter, dans les territoires de leurs pays respectifs, des groupes armés qui s’y organiseraient pour attaquer leurs pays d’origine.

Par ailleurs, l’on indique que les mouvements des populations observés à la frontière angolaise peut être une occasion, pour des résidus de l’Unita d’attaquer leur pays d’origine. Les troupes angolaises déployés à la frontière ont donc également mission de prévenir ces éventuelles incursions.


Publié par Yvon Ramazani de www.congovirtuel,org