RDC : la « Kabilie » au pied du mur  


Les critiques acerbes continuent à couler à flots. Le Comité Laïc de Coordination (CLC) dérange. Il s’avère un caillou dans les bottes de la Majorité Présidentielle. Le rang des adversaires de Kabila connait une forte affluence.  L’opposition, les mouvements citoyens, l’église catholique et récemment l’église protestante rejoignent la position du CLC. La Kabilie semble esseulée et asphyxiée.

Dans un communiqué publié le 13 janvier, le CLC a appelé derechef le peuple à manifester le 21 janvier 2018. Parmi les raisons figurent notamment : «la libération des prisonniers politiques, la fin de l’exil des opposants menacés d’arrestation à leur retour au pays, la libération des espaces médiatiques, la fin de dédoublement des partis politiques, la restructuration de la CENI, la confirmation de la volonté du Chef de l’Etat de ne pas briguer un troisième mandat »

Une semaine plus tôt, le CLC avait reçu un chèque en blanc du Vatican. Luis Mariano, Représentant du Pape à Kinshasa, a écrit une lettre de deux pages aux évêques et archevêques au cours de laquelle il a reconnu « la popularité de la marche du 31 décembre 2017 ». Ensuite, il a prévenu que : «  il est fort probable que d’autres initiatives aient lieu dans les prochains mois. » Et, en conclusion, il en a profité pour inviter ses destinataires à « se préparer à répondre aux éventuelles adhésions dans leurs circonscriptions ecclésiastiques »

L’entourage du Président Kabila voit d’un mauvais œil le Cardinal Monsengwo. Ce prélat ne mâche pas ses mots. Il tient des déclarations fracassantes. Il bénéficie de la sympathie des ouailles. D’un autre côté, l’église protestante est entrée dans la danse mardi 16 janvier 2018.

Le Révérend David Ekofo Bonyeku, Représentant de l’Eglise du Christ au Congo, a tenu des propos cinglants à l’occasion de la commémoration du 17e anniversaire de l’assassinat du Laurent-Désiré Kabila. Pour lui, « l’Etat n’existe pas réellement. Il faut renforcer l’autorité de l’Etat. », Et d’ajouter que « Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’Etat est réel. Un Etat responsable où tout le monde est égal devant la loi »

A la Majorité. On minimise. Le Secrétaire Général du PPRD, Henry Mova Sakanyi, a taclé les organisateurs des marches au cours d’une vidéo de 4 minutes diffusée sur les réseaux sociaux. Ces marches, s’est-il inquiété, empêchent le peuple d’aller au troisième cycle des élections générales. Et, a-t-il ajouté, « Ça donne l’impression en esthétique. La périphérie donne impression que c’est une cause noble que veulent défendre les prélats. Mais c’est tout à fait faux. Nous savons le fonds de la chose. »


UviraOnline

One Comment - Write a Comment

  1. Cher Editeur,
    Nous pouvons appeler Le président de la République de tous les noms des chiens et des oiseaux mais si je refléchie à sa place, il n’y a pas un seul individu qui peut prétendre etre president aujourd’hui, non seulement parce qu’ils sont intellectuels mais aussi et surtout personne n’a le moral de la gestion de la chose publique,ces opposants de toutes parts ont defile devant lui eet il les connait pour avoir joué avec leur esprit cupide et égoiste de vouloir se diviser pour aller benficier des avantages quelconques.

    Le président sortant devra chercher son dauphin, s’il en veut, à l’exterieur du pays car tous ceux qui sont au pays ont perdu l’ethique sur tous les plans. Le roblème de la RC maintenat est un probleme de retour aux moeurs des valeurs et d’honneur, Il n’y a pas un Etat au congo, la chambre haute et la chambre basse ne sont que des coquilles d’escargots vides.

    Toutes les bonnes oeuvres de notre président sortant lesquelles nous avons applaudies s’evanouissent comme de la fumée à cause de ce qui se passe autour de lui. Agissons comme des hommes normaux et honnetes pour la réussite et le developpement de notre pays svp.

Comments are closed.