Kiliba-RDC: Relance de la Sucrerie de Kiliba… la réalité qui rattrape le rêve.

Relance de la Sucrerie de Kiliba (la nouvelle “Sucrerie du Kivu”)… la réalité qui rattrape le rêve. 
Hommage à Emmanuel Ilumbi, un digne fils de la province du Sud-Kivu qui ne ménage aucun effort pour apporter le nécessaire à la réussite de ce projet.

L’actuelle Sucrerie du Kivu (l’ancienne Sucrerie de Kiliba) a été créée en 1956 par le Baron Kronacker (citoyen de nationalité belge). La superficie du domaine de la Sucrerie du Kivu est de 7.618 hectares dont la majeure partie est marécageuse. Elle avait atteint, une seule fois, un record de 21.000 tonnes de sucre par saison (annuelle). Pendant les autres années, sa production variait entre 15.000 et 19.000 tonnes.
A cause de la megestion des dirigeants de la 2ème République, la production ne faisait que chuter jusqu’à atteindre 900 tonnes en 1996; l’année à laquelle la société a dû arrêter ses activités, car ne pouvant plus faire face à la conjoncture. Cette année a aussi coïncidé avec l’avènement de l’AFDL et le départ de la plupart de cadres de l’entreprise. Et depuis cette usine est à l’arrêt. 

C’est ainsi qu’en 2009, l’Etat Congolais, par le biais du Ministère de l’Agriculture, va tenter de relancer la société en finançant seul la préparation de la pépinière de 200 hectares tout en faisant appel à ses 2 co-actionnaires, KOTECHA et SUCRAF, qui n’avaient pas repondu favorablement à plusieurs appels de fonds pour la relance. 

Raison pour laquelle, l’Etat Congolais se verra obligé d’initier une procédure de dissolution et liquidation de la société en vue de lui trouver un nouvel investisseur capable de relancer cette société de grande importance. Gagnera alors ce marché, “SUPER GROUP OF COMPANIES” (un grand groupe tanzanien, plein d’expérience dans le domaine du sucre et qui a relevé deux autres sucreries en Tanzanie, qui se trouvaient dans la situation similaire à celle de la Sucrerie de Kiliba). Entre 2012-2013, une première tentative de relance de la sucrerie connaitra des difficultés à cause d’une mauvaise application du partenariat public-privé signé avec le groupe tanzanien.

Qu’en est-il de la dynamique actuelle? Après avoir compris qu’il ne fallait pas compter sur la contribution financière du Gouvernement Congolais (quoique détenant des actions au sein de la Sucrerie du Kivu), “SUPER GROUP OF COMPANIES”, depuis plus de 9 mois, a relancé le precessus de réhabilitation de la Sucrerie du Kivu par ses fonds propres. Dans son agenda, les travaux de mise en place d’une nouvelle pépinière (350 hectares) des cannes à sucre importées à partir de Kagera Sugar en Tanzanie, ont débuté. 8 mois après, cette pépinière servira à l’extension de la culture de canne sur 3.500 hectares. Et c’est seulement après 14 à 16 mois de cela que ces cannes deviendront véritablement matures pour passer à l’usine et etre transformées en sucre. Parallèlement, tel que le montrent les images, les ingénieurs industriels sont à l’oeuvre pour réparer et réhabiliter l’usine sucrière, qui elle sera entièrement rénovée d’ici 7 mois. Elle bénéficiera de 2 ou 3 rodages sur base des cannes importées en attendant la maturation des cannes sur les 3.500 hectares qui seront exploités dans un premier temps.


Par: Benjamin Babunga Watuna

2 Comments - Write a Comment

  1. En Polo Rouge;sur la première photo;je reconnais bien mon Chef Comptable M.Zozo Bantu;humble et personne de bon cœur maitrisant bien la logique Comptable…
    Tenant compte de l’importance socio-économique de cette entité de production à Kiliba-Uvira,toute la plaine de la Ruzizi et dans le Kivu; relancé cette usine sucrière est une très belle initiative…Nous vous encourageons…
    Nous recevions avec larme aux yeux les images de la vétusté de la Sucrerie de Kiliba qui défilaient sur le net ;milieu qui a fait que nous soyons…L’espoir de tous les ressortissants de Kiliba renait…
    Que la paix dure à Jamais; prions pour la paix ;la vie socio-économique en dépend et sans laquelle rien ne peut se faire économiquement…Le peuple a beaucoup souffert…

    Reply

Post Comment